La belle ville de Réthymno

 se trouve à l’endroit où se dressait l’ancienne cité Rithymna pendant la période Néolitique (3500-2800 av. JC). La cité fleurît et se développa pendant la période Mycénienne mais, pendant le 3 ème siècle elle perdit sont importance et pris le status d’un grand village. Cependant, elle continua d’être autonome et indépendant comme le prouvent les pièces de monnaie qui furent découvertes et qui prouvent que Rithymna continuait de produire ses pièces comme une cité libre. 

C’est pendant l’occupation vénitienne (1204- 1669) que Réthymno devînt une ville car les conquérants avaient besoin d’un port intermédiaire pour leurs navires qui voyageaient de Héraklion à Chania. 

Comme ils avaient également besoin d’un centre administratif pour leur nouveau port et pour la région environnante, Réthymnon devînt la troisième plus grande ville de Crète ainsi qu’un centre culturel important ; elle accueillit plusieurs nobles crétois et devint le siège du gouverneur vénitien (le Rettore).
Réthymno souffrit énormément des attaques des pirates et fût finalement conquise par les turcs en 1646. Pendant la domination ottomane la cité déclina ainsi que la plupart des villes de Crète. Les habitants de Réthymno eurent un rôle actif dans la révolution contre le joug ottoman.
L’armée russe s’empara de Réthymno en 1887 et y resta jusqu’en 1909.
Réthymno, avec le reste de la Crète, devint part du Nouvel Etat Grec en 1913.
Les habitants de Réthymno jouèrent un rôle important pendant la Seconde Guerre Mondiale dans la résistance contre l’occupation allemande et le fascisme.

xxxxxxxxxx

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Le petit port de pêche vénitien avec son phare vénitien et certaines façades qui gardent des blasons des Seigneurs de la Sérénissime.

xxxxxxx  

La forteresse datant du XVI° siècle, témoigne de la domination vénitienne. Elle  a été construite de 1573 à 1583 suivant les plans de l’ingénieur Pallavicini  afin de défendre la ville et le port contre les pirates turcs. 

Elle comporte quatre bastions et trois entrées tandis qu'au nord, sa conception est typique de l’époque avec trois tours de surveillance (saliens). A l’intérieur des remparts se trouvaient des casernes, dépôts, bâtiments publics un hôpital militaire. 

xxxxxxxxxxxxx

xxAprès l’achèvement de la Fortezza, on se rendit compte qu’elle n’était pas assez vaste pour contenir toutes les maisons de la ville: on décida en conséquence de n`y loger que l’administration vénitienne, l’évêché latin et les autorités militaires. Mais elle servirait d`abri à la population civile en cas d’urgence.

xx

D'un "pas vénitien", cheminons donc de "calle " en "calle"...alternant côté soleil et côté ombre...ici un portail a gardé presque toute sa superbe, un autre a traversé les années avec un peu moins de chance ( ou d 'entretien)...

Certes, pas de pont à franchir mais un dédale de ruelles , une débauche de floraisons , des rencontres fortuites...

xxxxxxxx

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx xxxxxxxx

Après l’édification de la forteresse, les Vénitiens consolidèrent progressivement leurs positions dans l’île. Ainsi le troisième quart du XVIème siècle marque-t-il à Réthymnon le début de la Renaissance. On construit alors de luxueux bâtiments, publics et privés. À l`instar de Venise, la ville se voit doter d’une piazza centrale, d’une Loggia, ou Maison de la noblesse, de fontaines -comme celle de Rimondi-, d’un grand cadran solaire, d’une artère principale et de rues plus petites conduisant aux églises, monastères, palazzi et demeures patriciennes. 

La plupart de ces magnifiques bâtiments, aux portails extrêmement variés, tantôt simples, tantôt monumentaux, témoignent aujourd’hui encore de cette période prestigieuse dans l’histoire de Réthymno. 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxx

xxxxxx

xxxxxxxxxxxxxxx

xxxxxxxxxx

xxxxxxxxxxxxxxxxx

xxxxxxxxx

Fontaine Rimondi (1629) :

Située  au cœur de la vieille ville vénitienne, sur l’actuelle Place du Platane, la célèbre fontaine fut construite en 1626 sur l’ordre du recteur A. Rimondi. L’eau s’écoule de trois têtes de lion, dans trois vasques encadrées de colonnes cannelées, elles-mêmes surmontées de chapiteaux corinthiens qui supportent un entablement présentant quatre impostes en forme de feuilles d’acanthe. 

On peut y lire les mots LIBERALITATIS et FONTES.

 

xxxxxxxxx

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxx

xxxxxxxxxxxxxx

 

La Loggia,

 Lieu où les nobles se réunissaient pour discuter des questions politiques et économiques, ce bâtiment somptueux, situé au centre de la ville fut édifié au XVIème siècle, selon les plans du célèbre architecte vénitien , Michele Sanmicheli.

Initialement, le bâtiment demeurait ouvert et était surmonté d’un toit à quatre pentes, aujourd’hui disparu.

xxxxxxxxxxxxxxxx

Comme partout en Crète, les bâtiments publics construits à Réthymnon après la consolidation de l’occupation vénitienne étaient en règle générale de somptueux ouvrages. 

Tout en garantissant la défense de la région, ils reflétaient clairement, avec leur architecture occidentale, le pouvoir incontestable de la Sérénissime. Parallèlement aux travaux de fortification, les Vénitiens eurent donc soin d’ériger de splendides édifices publics, semblables à ceux de la métropole: loggie, fontaines, douanes, installations portuaires, entrepôts etc. Dans la plupart des cas, les plans de ces ouvrages et la supervision des travaux étaient confiés à des ingénieurs et à des architectes expressément venus d’Italie. Cette remarque vaut surtout, bien sûr, pour les premières années de la vénétocratie, car, par la suite, les contremaîtres crétois (ou murari) qui avaient participé à de grands travaux en assimilèrent la technique, au point de pouvoir les entreprendre eux-mêmes. Dès lors, leurs ouvrages ne se différenciaient pas de ceux des Vénitiens.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

xxxxxxxxxxxxxxxxx

Photos : EDDA.

Retour : table des dossiers

un compteur pour votre site