(  Héraclée - Candie )

 

Un  magnifique vieux port haut en couleurs, d' imposants remparts vénitiens datant du XVe siècle, longs de 4 km et larges de 29 m, l'arsenal où l'on construisait jadis les galères et merveilleusement bien restauré, des lions, des fontaines, des lanternes.....

 

 

Les remparts construits par les Vénitiens datent du milieu du 15eme siècle et sont parfaitement conservés. Ils sont un des plus beaux exemples de ce type d'architecture défensive du bassin méditerranéen.

Lorsque les Arabes se rendent maitres de la Crète, ils entourent le port d'Heraklion de murailles de briques prenant assise sur une base en pierre. C'est sur la même base que Nicephore Phokas établit ses propres fortifications. A leur arrivée dans Heraklion, les Vénitiens se contentent de ce système mais, réalisant que la menace turque se fait pressente, ils décident de renforcer les moyens défensifs de la ville.

Ils vont alors construire des remparts qui englobent également les quartiers décentrés. La muraille dont le périmètre est de 5 kilometres présente la forme d'un triangle dont la base s'étend le long de la mer. Elle comprend sept bastions et quatre portes et des trous percés dans la muraille permettent d'installer des canons tout le long. Cet ensemble va résister vaillamment a 20 ans de siège de la part des Turcs.

A l'extrémité est des fortifications, se trouve le fort Koules défendant l'entrée de l'ancien port. Il a été reconstruit entre 1526 et 1540 suite à la destruction du précédent lors d'un tremblement de terre.
Il comprend deux étages. Au niveau inférieur, se trouvaient les habitations des capitaines, les réserves de nourriture et de munitions. Au niveau superieur, des canons étaient disposés prêts a repousser des invasions.

Les Turcs s'en servirent comme prison et salle de tortures pour les rebelles crétois. 

xxxxxxxxxxxxx

La Forteresse Vénitienne (Koules) 
 figure parmi les forteresses les plus importantes de la Méditerranée. 

Avec les murs d'enceinte de la ville, les portes et les remparts, elle forme un complexe de fortifications du XVIe siècle impressionnant, nommé Candia.  

C'est ainsi que s 'appelait Heraklion durant l'époque vénitienne.

xxxxx

xxxxxxxx

xxxxxx

xxxxxxxxxxxxxxx

 

Vieux port où subsistent quelques éléments de l'arsenal vénitien....... et j'ai bien vu  un gros minet !

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

xxxxxxxxx

A Heraklion comme dans toutes les villes vénitiennes, on retrouve une Loggia, bâtiment public principal de la cité. Les gouverneurs et la noblesse s'y réunissaient et prenaient les décisions politiques et commerciales.

La Loggia d'Heraklion présente une architecture élégante de style palladien. Elle est la quatrième loggia construite dans la ville crétoise, en 1628, suite a la destruction des précédentes. Il s'agit d'un bâtiment a deux étages présentant des colonnades doriques et ioniques.
 ottomane, la Loggia perdit de son importance et servit de batiment public des Finances avant de devenir une mosquée. Un minaret lui fut alors annexé.

Fortement endommagée pendant la seconde guerre mondiale, elle a heureusement échappé a la démolition et, de nos jours, elle sert d'Hôtel de Ville et de salle d'expositions.

xxxxxxxxxxx

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Hôtel de Ville

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Derrière la Loggia se trouve l'église d'Agios Titos, saint patron de la ville.  

Construite par les Byzantins vers 962, rénovée en 1466, ruinée par un incendie en 1544, convertie par les Turcs en mosquée (elle prend alors le nom de "Vizier Tzami"), elle sera détruite par un tremblement de terre en 1856. Les Turcs reconstruisirent alors une mosquée convertie plus tard par les Crétois en église. Depuis son retour de Venise en 1956, elle contient le crâne de St. Titos, disciple de l’apôtre Paul et du premier évêque de l’île.

:-) Les Vénitiens avaient pris le crâne avec eux lorsque la ville tomba aux mains des Turcs en 1669.

xxxxxxxxxxxxxxxx


" L'idée c'est tout. Tu as la foi ? Alors une écharde de vieille porte deviens une sainte relique. Tu n'as pas la foi ? La Sainte Croix toute entière devient une vieille porte.'
(Alexis Zorbas :Nikos Kazantzakis)

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

 

 d'Heraklion datent des époques vénitienne et ottomane. Elles sont témoins de l'histoire de la ville mais également des efforts entrepris pour amener l'eau jusque dans le centre. Ce sont les Vénitiens qui les premiers amenagèrent un ingénieux système de distribution en eau grâce a des aqueducs, des citernes et des canalisations.

Certaines de ces fontaines étaient publiques et d'autres privées, commanditées par des familles de classe sociale élevée
( fontaine Priuli ,fontaine Sagredo  ) qui les ont baptisées de leur patronyme.Elles sont richement décorées, intégrant parfois des vestiges antiques comme 

la fontaine Bembo, la plus ancienne fontaine existant d'Heraklion.

xxxxxx

 Datant de 1588 : elle porte les armoiries de la famille vénitienne Bembo.  C'est un monument composé de 4 colonnes, 3 niches (dont une est rempli d'une statue romaine, sans tête découverte à Ierapetra) et de riches décorations mythologiques.

 

xxxxxxxxxxxxx

La plus célèbre est la Fontaine Morosini. Elle a été construite sur l'ordre du gouverneur Francesco Morosini en 1628.
Elle présente une forme polygonale et comprend huit bassins lobés autour du bassin principal circulaire. Au centre de celui-ci s'éleve une colonne entourée de quatre lions dont les gueules laissent s'écouler l'eau alimentant la fontaine.
Autrefois, une colossale statue de Poseidon surmontait l'ensemble. Les facades des bassins sont ornées de sculptures représentant des divinités et des monstres marins.


Domenikos Theotokopoulos, 

mieux connu sous le surnom du " Greco " 

1541-1614

 

Héraklion et le petit village de Fodele se disputent encore la gloire d’être le lieu de naissance de l’illustre peintre. Sa peinture a ses racines dans l’école crétoise, ce qui transparaît à la fois dans son utilisation très personnelle des couleurs et la représentation de figures très allongées.En 1566, il part pour Venise où il poursuit son apprentissage avec des maitres aussi célèbres que le Titien ou le Tintoret.  Il devient le protégé du cardinal Farnèse à Rome, avant de s’installer vers 1577 à Tolède dont la ferveur catholique correspond a ses propres idées. Il va y decouvrir son style personnel qui sera de plus en plus axe sur l'élévation spirituelle.

 Il meurt en 1614. 

Une seule œuvre de l’artiste,  découverte en 1983, peut être admirée en Crète : 

il s’agit d’une icône représentant une Dormition de la Vierge, dans l’église d’Ermoupolis à Syros.

 

 


 Le Christ chassant les Marchands du Temple ( peint à Venise)

voir les versions romaine et espagnole pour suivre l'évolution du peintre

 

"La poésie est le sel qui empêche à la Vie de pourrir"

xxxxxxxxx

Nikos Kazantzákis 

est né à Megalokastro, maintenant Iráklion (Crète), le 18 février 1883,

 

Il est enterré sur un des bastions du fort vénitien  

qui entoure Heraklion.

L'épitaphe sur sa tombe est: "Je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre."

Δεν ελπίζω τίποτα. Δε φοβάμαι τίποτα. Είμαι λεύτερος

xxxxxxxxxxxxxxxxxxx

xxxxxxxxxxxxx

""Je tiens cette terre de Crète et je la serre avec une douceur, une tendresse, une reconnaissance inexprimables, comme si je serrais dans mes bras, pour en prendre congé, la poitrine d'une femme aimée.""

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Vers    La  Canée...

Vers  Rethymnon

un compteur pour votre site