xxxxxxxxxxxxxxxxxx

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Faustina Bordoni  

( Venise : 11 novembre 1697- 4 novembre 1781)

Mezzo soprano

xxxxxxxxxxxxxx

xxxx

"""  Difficile de mesurer l'impact et l'esthétique vocale qu'incarna en son temps, l'une des plus éblouissantes (selon les témoignages d'époque) cantatrices du plein XVIII ème siècle. Nous qui sommes modelés dans l'admiration béate des sopranos coloratoure, de Caballé à Sutherland, de Sills à Dessay, qui ne concevons pas de virtuosité majeure si elle n'est pas dans les aigus (héritage du goût romantique propre au XIX ème siècle), il fut un temps où la perfection vocale s'était mise au diapason de la gravité. 

********

Avant les Pasta, Malibran et actuel Bartoli, Faustina Bordoni incarne l'apothéose du beau chant baroque dans le registre de mezzo-soprano. 

Vénitienne de naissance, de surcroît d'origine patricienne, la chanteuse épouse à 30 ans (1730), le compositeur célèbre, Hasse. Elle fut dès ses débuts sur scène particulièrement recherchée des théâtres d'opéra, en Allemagne, en Italie, d'Angleterre. Outre ses qualités, Faustina Bordoni a du tout autant convaincre et éblouir par une aisance mondaine et sociale qui lui permit de cotoyer les têtes couronnées, comme l'épouse de Charles VI qui chanta avec elle dans de nombreux duos, mémorables (1726).
*******

La protégée des Marcello, autre nobles vénitiens, entre autres opposés au clan des Vivaldi, Faustina débute sa carrière à Venise en 1716 dans Ariodante de Pollarolo, puis les ouvrages de Lotti, Albinoni, Gasparini dont elle fut l'élève, mais aussi de Vinci. 

A Munich, elle chante Griselda de Torri (1723), à Vienne, suscitant le délire de nouveaux admirateurs, dans les ouvrages de Fux et Caldara. A Londres, elle fait partie de l'équipe gagnante d'Alessandro de Haendel (King's Theatre, 1728), aux côtés des autres stars du chant lyrique, la Cuzzoni (à laquelle elle fut comparée, opposée) et le castrat champion de la cause haendélienne, Senesino.""""
*****

Vocalità époustouflante mais aussi présence de l'actrice, "La" Bordoni avait tout pour elle.

xxxxxxxxxx

 

 

A partir de 1730

l'épouse de Johann Adolf Hasse chante la musique de son mari. 

A Dresde, le couple occupe  une position enviable: 

Hasse étant devenu Kapellmeister, 

et Faustina, virtuosa da camera. 

Avant sa retraite en 1751 à Venise, en 1750. 

Faustina Bordoni chante à Paris avec succès 

 

 

 in .classiquenews.com

Bernardo   BELLOTTO

http://www.haendel.it/interpreti/old/bordoni_saga.htm

 

Johann Adolf Hasse en né à Bergedorf près de Hambourg en 1699. Issu d’une grande famille de musiciens, il débute sa carrière comme ténor d’une troupe de Hambourg. Il obtient un poste officiel de chanteur, en 1719, à l’opéra de Brunswick. Deux ans plus tard il donne une représentation de son premier opéra Antioco, dont il interprète le rôle principal. Sur le planches des opéras Londoniens, Handel triomphe, et franchit les portes de la «Royal Academy of Music».

Comme beaucoup de compositeurs germaniques, il est attiré par l’Italie. Il se fixe à Naples en 1722 ou il devient l’élève de Nicola Porpora puis d’Allessandro Scarlatti en 1724. Ces opéras connaissent déjà un succès considérable. Il cumule à cette époque le titre de Maître surnuméraire de la Chapelle Royale Napolitaine, Maître de chapelle du roi Auguste de Pologne et entretient des liens étroits avec l’Ospédale degli incurabili, (Hospice des incurables), un des principaux conservatoires de jeunes filles de Venise. La collaboration avec cette institution durera plusieurs dizaines d’années.
Son premier opéra lui sera commandé en 1725, il sesostrate, exécuté l’année d’après. A partir de cette date, les Italiens le surnomment «Il caro Sassone» (le cher Saxon).


  En 1730, épouse la célèbre soprano Vénitienne Faustina Bordoni, qui ne tarde pas à devenir l’une des principales interprètes de ses opéras.

Invité par la cour de Dresde, le 13 septembre 1731, il donne la première représentation de Cleofide, prémices d’une période faste qui débutera deux ans plus tard et durera 30 ans.
En 1733, officiellement au service de la cour de Saxe, il occupe la fonction de Maître de chapelle. Il jouit de rentes confortables, compose en moyenne deux opéras par an, en plus d’oratorios, de cantates profanes, de musiques instrumentales et sacrées. Il voyage à travers toute l’Europe pour honorer commandes et invitations.

Dresde connaît ses heures de gloire, et Hasse est considéré comme le principal représentant de l’opéra seria.

xxxxxxxxxxxxxxx

xxxxxxxxxxxxxx

Metastasio ( R.CARRIERA)

Il tisse des liens particuliers avec Pietro Metastasio (Metastase, poète officiel de la cour de Vienne), auquel il restera fidèle, qui écrira les nombreux livrets de ses compositions.

Alors engagée dans la guerre de sept ans, Dresde connait  de terribles bombardements.

En 1760,la maison de Hasse ainsi que toutes ses œuvres prêtes à être gravées sont détruites

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Cette période flamboyante prend fin en 1763, à la mort du prince électeur de Saxe Frédéric Auguste II. Son successeur, Friederich Christian, confronté à d’énormes dépenses engendrées par la guerre de sept ans et aux trop nombreuses largesses de son père (en témoignent les appointements mirifiques du Maître de Chapelle et de sa femme), décide de congédier les époux Hasse, sans même les pensionner.
  Ils partent pour Vienne, où Gluck avait inauguré une ère nouvelle en se détournant volontairement de l’opéra seria. «Il caro Sassone» y compose son dernier opéra Ruggiero.

   Les Hasse se retirent à Venise en 1773, où ils mènent une vie paisible en donnant des cours en écrivant quelques œuvres religieuses.

Faustina Bordoni meurt en 1781 et Johann Adolf ne lui survivra que deux ans.

Retour : CARRIERA
un compteur pour votre site