Lucas CARLEVARYS

xxxxxxxxxx

Salomon CORRODI

1844-1905

"Le voyageur ou le diplomate qui, vers 1550, abandonnait son navire et faisait amarrer sa gondole aux pali de la Piazzetta, s 'arrêtait au seuil même de la place Saint Marc et se trouvait brusquement introduit au centre vivant de la cité, entre les deux colonnes par où elle s'ouvre sur la lagune et que surmontent saint Théodore et le lion de l'Evangéliste.

Devant lui s 'élevaient les monuments qui sont encore aujourd'hui  les témoins de la grandeur vénitienne:

 le Palais Ducal, le Campanile, la Basilique, la Libreria."

Carlo GRUBACS

Myles Birket Foster

xxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Pavée de larges dalles de marbre ou de trachyte tiré des collines Euganéennes, la Piazza et la Piazzetta appartiennent  à la foule incessante et aux miliers de pigeons .La joie des enfants et même des grandes personnes est de leur jeter des grains de maïs, de se faire photographier au milieu de leur troupe mouvante, d'assister à leur bruyant envol quand sonnent les heures à la tour de l'horloge voisine.

xxxxxxxxxxxxx

xxxxxxx

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Antonio Ermolao Paoletti

xxxxxxxxxxx

"En 1297, alors que défense fut faite de passer à cheval par les rues des Mercerie, à cause de l'encombrement, des pigeons (de Saint-Marc), chantés depuis par les poètes, furent  lâchés le dimanche des Rameaux, à côté de la Basilique et ils allèrent ensuite, se multipliant dans la ville, où on leur laissa toute liberté.

 

xxxxxxxxxxxxxxxx

D'après une vieille légende, les pigeons de Saint-Marc descendraient des bandes d'oiseaux qui suivirent les émigrés d'Oderzo, chassés par les Barbares. Les chroniques, au contraire, racontent que c 'était un ancien usage de lâcher les pigeons le jour des Rameaux. D'autres croient qu'il faut attribuer leur introduction à l'usage d 'élever des colombes aux frais de l'Etat, usage qui existe encore dans certaines villes.Jusqu'en 1797, un employé de l'administration des greniers publics faisait jeter aux pigeons une certaine quantité de grain sur la Piazza et la Piazzetta. ( La vie privée à Venise.Pompeo MOLMENTI)

Sur la place, devant la basilique, se dressent trois imposants piedestaux de bronze sculptés par Alexandre LEOPARDI; ils servent de base à trois hauts mats auxquels flottaient  aux jours de fête, les  couleurs de Venise

xxxxxxxxxx

xxxxxxxxx

Le palazzo ducale

Le palais des Doges que les Vénitiens appellent plus communément palazzo ducale est la plus haute expression de la puissance, de la richesse et de la gloire vénitennes.Demeure du Doge et siège du gouvernement, on peut dire que son histoire, presque dès sa formation, se confond avec celle de la république.Sur ses murs, Venise a fait retracer les épisodes glorieux de sa vie nationale.Le palais des Doges, contrairement à l'usage général d'appuyer les fondations sur des pilotis de petits pieux rapprochés, du moins dans la construction du XIVièe siècle, repose sur un large  et double radeau de mélèze.

Angelo PARTECIPAZIO, le dixième doge, fit construire le premier palais sous la forme d'un château-fort.Après plusieurs incendies, on éleva, au XIVe siècle, la partie qui donne sur le môle qui se trouve aujourd'hui être la plus ancienne du palais.

 

La façade sur la Piazzetta date des premières années du XVième siècle.

xxxxxxxx
Tous ces bâtiments furent souvent restaurés, modifiés, complétés; mais on peut dire que, dès la fin du 

XV ième siècle, le palais des Doges se présentait sous l'aspect que nous lui voyons aujourd'hui.

Contre toute logique et toute habitude, une partie inférieure très ajourée supporte une masse pleine..

La galerie basse compte trente-six colonnes courtes et trapues, sans base, 

surmontées de chapiteaux assez fouillés, avec figures, animaux, fruits et feuillages, mais dont beaucoup ne sont que des copies exécutées au XIX ième siècle.

 

La galerie supérieure , plus légère et fort élégante, comprend septante et une colonnes surmontées d'ogives à arcs trilobés, entre lesquels des cercles à quatre lobes sont du plus heureux effet.

Deux colonnes rouges de sinistre  mémoire.

 

La loggia Foscara

C'est sur cette loggia qu'avaient lieu les expositions des Corporations des Arts et Métiers, pendant le couronnement des Doges et Dogaresses; les artisans de Venise exposait les produits les meilleurs de leur travail. Presque au centre de la Galerie, on peut observer, sur deux colonnes intérieures, les enseignes des corporations des "Spaderi" (armuriers) et" Chorteleti" ( couteliers). Elles étaient ( sont encore?)  surmontées des armoiries Malipiero et Moro, peintes à l'occasion des "triomphes"( fêtes) pour le  couronnement des Dogaresse Zilia DANDOLO femme du Sérénissime Pasquale MALIPIERO (1457) et Cristina SANUDO, femme du Doge Cristoforo MORO(1462)

xxxxxxxx

Les deux façades portent chacune un grand balcon central.

Le balcon vers la Piazzetta fut ouvert en 1537, d'après les dessins de SANSOVINO, quand le siège de la bibliothèque , par ordre du Conseil des Dix, fut destinés aux scrutins. 

 

Les statues de "Mars" et de "Neptune", placées dans les niches latérales sont des oeuvres d'élèves de SANSOVINO: la première est signée par Pietro da SALÒ.

Au dessus du balcon, le groupe du Doge Andréa GRITTI (1523-1538)agenouillé devant le lion ailé.

C'est une sculpture moderne,  l'ancienne ayant été  détruite par les révolutionnaires en 1797. La figure au dessus du balcon représente Venise:elle a été sculptée par Alessandro VITTORIA, porte la date de 1579 et l'écu du doge Nicolò DA  PONTE (1579-1585-)

 

xxxxxxxxxxx

Andrea GRITTI par Vincenzo CATENA

 Vincenzo di Biagio,  dit Catena. , c.1470-1531, 

Ses premières oeuvres reflètent l'influence de Bellini ainsi qu'en témoignent ses madonnes exposées à Venise à L'Accademia.

Les oeuvres de sa dernière période suivent le style de Giorgione. Parmi les oeuvres de cette période : 

"Le doge Loredan s 'agenouillant devant la Vierge " 

qui se trouve au musée Correr et le "Martyre de Sainte Christina" qui  se trouve dans l'église Santa Maria Mater Domini à Venise

 

Salomé. Collection de Sa Majesté la reine Elisabeth II

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Le balcon qui donne sur le môle, à flèches et niches gothiques, fut exécuté en 1404 par les DALLE MASEGNE. 

Il est surmonté d'une statue représentant la" Justice", oeuvre 

d 'Alessandro VITTORIA, placée là après l'incendie de 1577.

Dans les niches, de part et d 'autre, les statues de "Saint Théodore" et Saint Georges", cette dernière étant l'oeuvre de CANOVA.

 

xxxxxxxxxxxxxxx
"Le palais des Doges de Venise. Guide historique. Max ONGARO.Imprimerie G. Scarabellin-Venise.1928

La porta della Carta..........

un compteur pour votre site