xxxxxxx

Palazzo Lezze

 

1654.(LONGHENA)* Cannaregio 3597-3598

(A)

Le palais contenait des trésors ( le Titien, Véronèse,le Tintoret)

Il fut le premier à être dévalisé à la chute de la République. (In :Les ballades de Corto Maltese)

xxxxxxxxxxxx

(A)

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

xxxxxxxxxxxxxxxxxxx

(A)

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

(A)

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

(A)

(A)

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Le pélican

En Europe occidentale, le pélican était au Moyen-Âge un symbole de piété pour l'Eglise chrétienne  : on croyait qu'il perçait sa propre chair et nourrissait ses petits de son sang. 

D'autres histoires parlent du pélican qui tue ses petits, puis, pris de remords, ouvre sa poitrine de son bec. Son sang, se déversant sur les oisillons, les ramène alors à la vie.

En règle générale, le pélican symbolise le sacrifice du  Christ.

 

 

 

 

En héraldique médiévale, le pélican est représenté comme un oiseau à bec d'aigle perché sur son nid, perforant sa poitrine. 

Presque toujours cet oiseau est représenté avec ses petits en nombre de trois dans son nid, appelé "aire", tressé de branches souples. Le sang qui découle des blessures que le pélican se fait à la poitrine est appelé sa "pitié".

 

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Sous le balcon se trouve un bas-relief alchimique fort intéressant dont celui-ci avec des harpies(?) qui est bien étrange.Signalées par le Grec Hésiode dans sa Théogonie - les trois harpies, filles d'Électre sont des monstres véloces. Mi-femme mi-rapace, elles sont les divinités ailées "à la belle chevelure qui d'une aile rapide, vont suivant les oiseaux et le souffle des vents". Elles excellent dans le rapt d'enfants, crèvent les yeux de leurs victimes et les tuent.

xxxxxxxxxxxxxxx

     

    La Muse.Allégorie du pélican

    Quel que soit le souci que ta jeunesse endure,
    Laisse-la s'élargir, cette sainte blessure
    Que les séraphins noirs t'ont faite au fond du cœur;
    Rien ne nous rend si grands qu'une grande douleur.
    Mais, pour en être atteint, ne crois pas, ô poète,
    Que ta voix ici-bas doive rester muette.

    Les plus désespérés sont les chants les plus beaux,
    Et j'en sais d'immortels qui sont de purs sanglots.
    Lorsque le pélican, lassé d'un long voyage,
    Dans les brouillards du soir retourne à ses roseaux,
    Ses petits affamés courent sur le rivage
    En le voyant au loin s'abattre sur les eaux.
    Déjà, croyant saisir et partager leur proie,
    Ils courent à leur père avec des cris de joie
    En secouant leurs becs sur leurs goitres hideux.
    Lui, gagnant à pas lent une roche élevée,
    De son aile pendante abritant sa couvée,
    Pêcheur mélancolique, il regarde les cieux.
    Le sang coule à longs flots de sa poitrine ouverte;
    En vain il a des mers fouillé la profondeur;
    L'océan était vide et la plage déserte;
    Pour toute nourriture il apporte son cœur.
    Sombre et silencieux, étendu sur la pierre,
    Partageant à ses fils ses entrailles de père,
    Dans son amour sublime il berce sa douleur;
    .........

 extrait de La Nuit de Mai

 

 

 

 

......Et, regardant couler sa sanglante mamelle,
Sur son festin de mort il s'affaisse et chancelle,
Ivre de volupté, de tendresse et d'horreur.
Mais parfois, au milieu du divin sacrifice,
Fatigué de mourir dans un trop long supplice,
Il craint que ses enfants ne le laissent vivant;
Alors il se soulève, ouvre son aile au vent,
Et, se frappant le cœur avec un cri sauvage,
Il pousse dans la nuit un si funèbre adieu,
Que les oiseaux des mers désertent le rivage,
Et que le voyageur attardé sur la plage,
Sentant passer la mort se recommande à Dieu.

Poète, c'est ainsi que font les grands poètes.
Ils laissent s'égayer ceux qui vivent un temps;
Mais les festins humains qu'ils servent à leurs fêtes
Ressemblent la plupart à ceux des pélicans.
Quand ils parlent ainsi d'espérances trompées,
De tristesse et d'oubli, d'amour et de malheur,
Ce n'est pas un concert à dilater le cœur ;
Leurs déclamations sont comme des épées :
Elles tracent dans l'air un cercle éblouissant;
Mais il y pend toujours quelques gouttes de sang.

Alfred de MUSSET

 

Photos : Annette & Danielle
Retour: table des dossiers
un compteur pour votre site