Le commerce maritime 

décréta la fortune de la Sérénissime 

 

 

et la ville, devenue puissante et richissime, orna avec abondance et magnificence 

les murs des églises et des palais, 

des maisons et des abbayes, 

des écoles de dévotion grandes et petites

Les murs de la ville racontent encore aujourd'hui l'évolution de ce goût particulier  en grande part influencé par l'importation de matériaux byzantins.

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

 

 

 

 

La production plastique de caractère décoratif à torsades, palmettes,  "caulicoli " dont il reste encore aujourd'hui d'importants témoignages , est typique  des premiers siècles de l'histoire de Venise

"caulicoli": élément du chapiteau corinthien évoquant une grosse tige végétale et dont peuvent sortir divers motifs végétaux, dont les crosses et les calices.

Vinrent ensuite les patères et les carreaux, les ornements et les croix réalisés en marbres blancs grecs. Les exemples tardifs seront en pierre  d'Istrie, extraite des carrières de Rovigno et transportée par mer jusqu'à l'intérieur de la lagune."

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

xxxxxxxxxxxxxxxxxxx

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Les sujets sont inspirés  du répertoire figuratif moyen-oriental et byzantin imprégnés de christianisme et dans lequel se fondaient aussi les échos de l'antiquité. Le style est  celui de l'art byzantin. Ainsi , la production est conventionnellement dite vénéto-byzantine"

  extrait de "Le pàtere venetiae"

 Amalia Donatella Basso

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

 

xxxxxxxxx

Les pierres de Venises..

un compteur pour votre site