Une terrasse à nulle autre pareille...

avec, sous le regard du

"paron de casa",

chaque jour un autre spectacle !

chaque jour un autre spectacle

xxxxxxxxxxxx

Maurice Pendergast

xxxxxxxxxxxxx

xxxxxxxxxxxxxxx

xxxxxxxxxxxxxx

Avril 2005

xxxxxxxxxxxxxxxxxx

xxxxxxxxxxxxxx

Avril 2005

Avril 2005

Avril 2005

 

Francesco GUARDI

xxxxxxxxxxxxxxx

xAvril 2005

Canaletto

 

Mai 2006

Juin 2004

Avril 2007.photo : Edda

San Marco, le 25 Avril.
Le "bocolo"

Le 25 avril, c'est le jour du saint patron de la ville. Autrefois, ce jour là se déroulait sur la place, une fameuse procession à laquelle participaient les autorités religieuses, civiles et les représentants des arts. 
La coutume veut que ce jour là, on offre un bouton de rose à sa bien-aimée, c'est une chose à laquelle les habitants de Venise tiennent beaucoup.

""Ce jour-là on trouve chez tous les fleuristes le bocolo (bouton de rose rouge) que les hommes doivent offrir à leur bien-aimée, en souvenir d'une légende. Le troubadour Tancredi était amoureux d'une belle patricienne, Maria Partecipazio, que sa condition de poète désargenté ne lui permettait pas d'épouser. Afin de conquérir une gloire militaire qui pourrait lui tenir lieu de noblesse et convaincre le père de sa bien-aimée à l'accepter pour gendre, il s'engagea dans l'armée de Charlemagne qui guerroyait alors en Espagne contre les Maures. Blessé d'un coup d'épée il tomba sur un rosier blanc dont les fleurs se teignirent de son sang. Avant de mourir, il cueillit l'une de ces roses et la confia à son compagnon d'armes pour qu'il la rapporte à Maria, en gage de son amour éternel. Le compagnon de Tancredi revint à Venise la veille de la Saint-Marc et offrit la rose à Maria. Le lendemain, le 25 avril, la jeune fille fut trouvée morte, la rose rouge posée sur le coeur.""

Corte Correra 

Retour : Pour y voir plus clair

Retour : Carnets vénitiens II