xxxxxxxxxxxxxx

San Samuele, contrada picola, grande bordel, sensa ponti, cative campane, omeni bechi, done putane» 

San samuele, petit quartier, grand bordel sans ponts, mauvaises cloches, hommes cocus et femmes catins"

è scritto in un'antica piastrella che un'anziana signora ancora conserva appesa su una parete di casa. 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxx

xxxx

"" Ma mère me mit au monde à Venise le 2 d’Avril jour de Pâques de l’an 1725. Elle eut la veille une grosse envie d’écrevisse. Je les aime beaucoup. Au baptême on m’a nommé Jacques Jérôme. Je fus imbécile jusqu'à huit ans et demi. Apres un[e] hémorragie de trois mois on m’a envoyé à Padoue, où guéri de l’imbécillité je me suis adonné à l’étude, et à l’age de seize ans on m’a fait docteur, et on m’a donné l’habit de prêtre pour aller faire ma fortune à Rome.
À Rome la fille de mon maître de langue française fut la cause que le Cardinal Acquaviva mon patron me donna congé.
Agé de dix-huit ans je suis entré dans le militaire au service de ma patrie, et je suis allé à Constantinople. Deux ans après étant retourné à Venise, j’ai quitté le métier de l’honneur, et prenant le mords aux dents j’ai embrassé le vil métier de joueur de violon ; j’ai fait horreur à mes amis ; mais cela n’a pas duré longtemps.
À l’âge de 21 ans un des premiers seigneurs de Venise m’adopta pour fils, et étant assez riche je suis allé voir l’Italie, la France, l’Allemagne, et Vienne où j’ai connu le comte Roggendorff. Je suis retourné à Venise où deux ans après les inquisiteurs d’état vénitiens par des raisons justes, et sages me firent enfermer sous les plombs.""

Ce 17 9bre 1797.Jacques CASANOVA.

J

 

Dès sa naissance, le petit Giacomo est confié à sa grand-mère, Marzia, alors que ses parents repartent pour Londres.Un an  plus tard, ils reviennent à Venise avec Francesco , fruit probable des amours de Zanetta et de Georges de Hanovre, prince de Galles, futur Georges II d'Angleterre.Ils repartent ici et là et pendant six années reviennent de loin en loin avec un enfant de plus: Giovanni Battista, Faustina,(+ à cinq ans), Maria Maddalena et Gaetano, fils posthume du pauvre Gaetano.

En 1733, Zanetta (Zanetta Farussi, dite la Buranella, une actrice fort belle et fort connue, dont Goldoni parle dans ses Mémoires, et pour laquelle il écrivit La pupilla ) repart en laissant ses trois aînés à sa mère et va courir le monde à la recherche de la célébrité qu'elle trouvera vite , et pour longtemps, à la cour de Dresde.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

xxxxxxxxxxxxxxx

 Les parrains de CASANOVA, les santoli comme on dit à Venise, sont de haute lignée, le poète licencieux Georgio BAFFO et Michiel GRIMANI, un des copropriétaires des théâtres san Giovanni Grisostomo et san Samuele.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

""Giacomo, petit bonhomme triste, c'est donc ici que tu as traîné ta petite enfance ?"

T'es-tu assis sur la margelle du puits pour rêver?

xxxxxxx

""T'es-tu écorché les genoux à la terre du campo?

As-tu couru pour prendre par la main une petite soeur imprudente?

As-tu pleuré au bord de l'eau, de voir partir, encore et encore, une mère rieuse qui oubliait de se retourner?""

 

 

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

San Samuele : son campanile date du XIIe siècle, c'est l'un des plus ancien de la ville.Souvent remaniée, son aspect actuel remonte à 1685, cette église  a abrité toute la vie sacramentelle du clan Casanova: ses parents s 'y marièrent, leurs enfants y furent baptisés, Casanova y reçu la tonsure et il y prêcha deux fois!

 

Le 22 janvier 1741, Giacomo CASANOVA reçoit ,en cette église, les quatre ordre mineurs   devant sa grand-mère et son frère Francesco, né à londres en 1727 et qui étudie la peinture dans l'atelier des frères GUARDI.

Plus tard, il se distinguera comme peintre de bataille.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

" Pane per i poveri"

Calle delle Carozze ( pas de carosses à Venise mais bien des fabricants) sur le flanc de l'église cette petite chapelle dédiée à la Madone que Casanova connaissait bien. 

 

Les armes de la famille" Malipiero"

xxxxxxxxx
Le palazzo Malipiero( aujourd'hui Palazzo Malipiero- Barnabò) ou Cà Grande San Samuele fut construit par la famille Soranzo. Il raconte huit siècles d'architecture.

xxxxxxxxxxxxxxx

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

xIl est possible  que dans le courant du XVe siècle, une partie du palais ait abrité une imprimerie. Son aspect actuel  date de 1622.Il passe de main en main jusqu'à son acquisition par la famille Barnabò qui en est toujours propriétaire. On n'y entre pas mais le magnifique portail s'entrouvre parfois brièvement sur un habitant pressé et autorise un coup  d 'oeil indiscret.

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

""Le joli jardin à l'italienne à travers lequel les battements de cils coquins de Teresa croisaient les regards concupiscents du toujours vert Malipiero.""

xxxxxxxxxxxxxxxx

Calla Malipiero, autrefois Calle della Comedia

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

""Pourtant ce n'est pas dans cette calle que Giacomo est venu au monde mais il y passa son enfance et sa jeunesse dans une maison louée par ses parents dès leur retour

d 'Angleterre en 1726 et jusqu'au décès de sa grand-mère en 1743.Il y fut élevé dans une honnête abondance""

Pierre-Josef TOUSSAINT

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

 

En 1733
xxxxxxxxxxxxx

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Le compositeur Gian Francesco MALIPIERO 

y est né en 1882. 


C 'est dans ce même palais qu'est décédé le 21 janvier 1948, Ermano WOLF FERRARI..revenu voyageur fatigué, à sa Venise, inspiratrice de sa musique"


"TORNATO STANCO PELLEGRINO
ALLA SUA VENEZIA
ISPIRATRICE DELLA SUA MUSICA
DA QUESTA CASA PASSO' NELL'ETERNITA'
ERMANNO WOLF FERRARI
IL 21 GENNAIO 1948

Mario Ghisalberti

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

xxxxxxxxxxxxxxxx

xxUne jolie corte où les jeunes Casanova ont certainement trouvé à se rafaîchir de temps à autre. 

La Corte MORETTA dont le nom vient d'une famille MORETTI qui était probablement au service des MALIPIERO

 

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

En 1521, les sculpteurs Tullio & Antonio LOMBARDO 

habitaient dans cette même paroisse

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Salizada San Samuele,  au numéro 3338,  la maison dans laquelle a vécu  Paul Véronèse, et où il est mort, 

le 29 avril 1588 .

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxx


PAOLO VERONEE
PITTORE SOVRANO DI VENEZIA
TRIONFANTE MAESTRO IMMORTALE
PER MUTARE DI SECOLI DIMORO’
LUNGAMENTE IN QUESTA CASA
E VI MORI’ IL XIX APRILE MDLXXXVIII

xxxxxxxxx

xxxxxxxxxxxxxx

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Piscina San Samuele

xxxxxxxxxxx

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Francesco QUERINI(clic)

Dans les Giardini, 

le monument dédié à l'explorateur.

Retour vers la table des dossiers

Retour  vers calle de le Muneghe

un compteur pour votre site